Que feu Ahmed Mestiri repose en paix.

Dimanche 23 mai 2021 les tunisiens ont fait leurs adieux à monsieur Ahmed Mestiri, dernier homme politique de la Tunisie indépendante. 

Feu Ahmed Mestiri, était un valeureux patriote et un pilier de l’état tunisien depuis l’indépendance, et ce, jusqu’au aux années 70.

Il était connu pour sa compétence et son intégrité puisqu’il avait occupé plusieurs ministères dont trois régaliens (justice, intérieur, et défense) participant ainsi à la construction du nouvel état tunisien, indépendant, moderne et laïque. 

Ahmed Mestiri était un des rares hommes politiques à avoir compris l’évolution de la société en réclamant courageusement une transition démocratique en 1971. Une transition propre aux conditions de la société tunisienne.

Son courage, sa lucidité, et son engagement en faveur des libertés et des droits de l’homme ont fait de lui le père et le symbole de la démocratie tunisienne. Il a participé aux différentes accumulations qui ont conduit à l’avènement de la révolution de janvier 2011. Les tunisiens retiennent de lui son engagement en faveur de l’entité arabe et la défense de ses intérêts ainsi que la défense de la cause palestinienne (bombardements américains sur Tripoli et agression israélienne à hammam chott en 1986)

L’ADTF et ses militants saluent la mémoire de ce grand patriote hors norme et ce courageux et convaincu démocrate. 

L’ADTF présente ses vives condoléances à sa famille, ses proches et à tous les tunisiens qui ont respecté son histoire honorable.

Que feu Ahmed Mestiri repose en paix.

Allah Yerhamou

                                                         ADTF le 24/05/2021

2 thoughts on “Que feu Ahmed Mestiri repose en paix.

  1. Feu Ahmed Mestiri, un grand patriote. Il nous a donné l’espoir de liberté et de démocratie courant nos années de lycée et de découverte de la vie sociale et politique.
    Paix à son âme
    Mt MABROUK

  2. Ahmed Mestiri n’est plus. Je tiens à saluer sa mémoire et son action patriotique inlassable pour asseoir la démocratie en Tunisie. Il était l’un des rares hommes politiques tunisiens à avoir pris conscience, très tôt, du rôle et de la place à la fois spécifique et importante des tunisiens vivant à l’étranger. En 1987, Il avait tenu à nous recevoir à Tunis, Mouhieddine Cherbib et moi-même, pour nous assurer de son soutien, ainsi que celui du MDS, aux aspirations et aux luttes de l’immigration tunisienne pour ses droits en Europe ou pour faire valoir nos revendications en Tunisie.

    Que ce grand patriote et vrai démocrate repose en paix et Allah Yarhamou !

    Abderrazak HORCHANI BOUAZIZI

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :