43ème anniversaire du 26 janvier 1978

3ème anniversaire du 26 janvier 1978

Les militants démocrates et progressistes tunisiens commémorent tous les ans la journée du 26 janvier 1978 comme étant un événement important dans l’histoire de la Tunisie moderne.

En effet, ce jeudi 26 janvier tout le pays s’est arrêté suite à l’appel de grève générale lancé par la centrale syndicale (UGTT) pour dénoncer la cherté de la vie et contrer la vague de répression qui s’est abattue sur les syndicalistes et toute la militante progressiste.

Les forces de police, appuyées par l’armée et secondées par les milices du parti unique, ont quadrillé les grands centres urbains dès le matin. Toutes les manifestations pacifiques ont été réprimées dans le sang. Plusieurs dizaines de victimes sont tombées et toute la direction syndicale jetée en prison. Et la Tunisie a vécu une vague de répression inégalée appelée « jeudi noir ». Un mouvement de solidarité internationale s’est organisé en faveur des victimes de cette répression aveugle :

· L’union des syndicats arabes a vivement protesté contre le régime de Bourguiba.

· En France la CGT a appelé ses adhérents à multiplier les protestations et les dockers CGT ont refusé de charger les bateaux en partance pour la Tunisie.

· La CISL (confédération internationale des syndicats libres) a vivement protesté contre le pouvoir tunisien.

· En île de France et dès le 27 janvier, un collectif de soutien appelé « collectif 26 janvier » a été mis en place pour venir en aide aux victimes de la répression et organiser la défense de la direction syndicale. Les partis de gauche, les syndicats ainsi que des associations et des personnalités progressistes se sont mobilisés pour venir en aide au peuple tunisien et ses forces démocratiques.

La révolution tunisienne de 2011 et l’avènement de la démocratie étaient le résultat de plusieurs luttes accumulées depuis des dizaines d’années dont la journée historique du 26 janvier 1978.

Depuis des dizaines d’années dont la journée historique du 26 janvier 1978 Les militants de l’ADTF réaffirment aujourd’hui son appartenance à cette militance, qui, dans sa riche diversité, et, malgré la modestie de ses moyens, a contribué et continue de contribuer à ce que la démocratie soit effective depuis 10 ans.

Ils continuent leur activité avec beaucoup d’autres afin que la Tunisie réussisse durablement son projet démocratique autour la liberté, la justice et le développement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :